Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > L’Algérie et la Grande-Bretagne veulent renforcer leur coopération

L’Algérie et la Grande-Bretagne veulent renforcer leur coopération

vendredi 16 avril 2010, par Rédaction

L’Algérie ambitionne de renforcer sa coopération économique avec la Grande-Bretagne selon le ministre Hamid Temmar.

L'Algérie et la Grande-Bretagne veulent renforcer leur coopération. Les relations économiques et commerciales entre l’Algérie et la Grande Bretagne sont au beau fixe. La deuxième session du sous-comité algéro-britannique pour les questions économiques, commerciales et financières, qui s’est tenue au cours de cette semaine, a été sanctionnée par une série de décisions aptes à booster le partenariat entre les deux pays. Le message de Hamid Temmar, adressé aux investisseurs britanniques, était sans ambiguïté : « nous n’avons pas besoin de votre argent, mais de votre savoir-faire ». « Les investisseurs britanniques sont intéressés au développement de partenariats dans les services, les finances, l’électronique et tous ce qui est industries de l’intelligence (applications à l’informatique, etc...) », a précisé le ministre. Abordant les mesures phares prises à l’issue de cette deuxième session du sous-comité algéro-britannique, il a annoncé la mise en place d’un « bureau United Kingdom » au niveau de son département ministériel pour la réception des dossiers des investisseurs britanniques.

Il a été également décidé la création par les organisations patronales des deux pays d’un conseil des affaires pour examiner les opportunités de partenariat. Le ministre a annoncé également que le gouvernement est prêt à consentir plus d’avantages au profit des investissements directs étrangers tout en soutenant que l’Algérie est un « pays ouvert aux IDE ». « Je ne comprendrais jamais qu’on dise que notre pays est fermé. Nous vivons de l’exportation du pétrole, nous importons 55 à 60% de notre consommation, notre système douanier est certainement un des plus rationnels au monde avec seulement 4 taux de tarifs douaniers qui fait que l’Algérie n’est pas particulièrement protégée (…) Par ailleurs, les entreprises algériennes sont en relations permanentes avec les entreprises étrangères », a affirmé le ministre.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après Le Financier