Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > L’Algérie mauvais élève de la lutte contre le piratage

L’Algérie mauvais élève de la lutte contre le piratage

jeudi 7 octobre 2010, par Rédaction

L’Algérie demeure l’un des pays du monde où la lutte contre le piratage de produits informatiques et culturels est la plus faible.

L'Algérie mauvais élève de la lutte contre le piratage. A regarder l’abondance de la marchandise piratée qui inonde le marché algérien, on comprendra ce que vaut la notion de propriété intellectuelle en Algérie. Avec sa qualité de mauvaise consommatrice de la technologie, notre société tient le monopole en matière de piratage. Avec son classement au 3e rang mondiale en termes de piraterie, l’Algérie a du pain sur la planche quant à sa politique de lutte contre la piraterie. Les chiffres sont alarmants, d’après les statiques de l’Office national des droits d’auteurs et des droits voisins révèlent le recensement de plus de 600 000 supports en 2008. Malgré les pertes colossales que coûte le piratage pour l’économie nationale, les actions anti-piratage ne dépassent pas l’aspect théorique de la loi.

La dernière étude Business alliance Software (Bsa) a montré que l’Algérie est au-devant sur la liste de la contrefaçon des produits informatiques. Une pratique qui coûterait, selon BSA, des pertes pour l’Algérie de 40 millions dinars. Alors que les dispositions adéquates pour la lutte contre le piratage des outils informatiques ainsi que la commercialisation des produits contrefaits tardent à voir le jour. Ce qui laisse encore l’ordonnance n° 03-05 du 19 juillet 2003 relative aux droits d’auteurs et aux droits voisins dans son aspect théorique et qui stipule la protection de différentes œuvres littéraires et artistiques. Par ailleurs, il est clair que ce ne sont pas toutes les œuvres qui sont touchées par le piratage, la contrefaçon concerne surtout les œuvres musicales et cinématographiques. À titre d’exemple, la dernier album de Lounis Aït Menguellet a été piraté le jour même de sa sortie sur le marché. Le constat est le même pour chaque nouvelle œuvre cinématographique ou musicale qui sort en Europe ou aux USA.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après le Jour d’Algérie