Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > L’Algérie parmi les nouveaux relais de croissance

L’Algérie parmi les nouveaux relais de croissance

dimanche 5 avril 2009, par Rédaction

L’Algérie représente un marché intéressant pour les entreprises européennes souhaitant renforcer leur présence à l’international.

La croissance de l'Algérie sera positive en 2009. Face à la diminution de la demande sur leurs marchés et les difficultés de mobiliser des financements, les entreprises européennes sont tenues de trouver de nouveaux débouchés, notamment dans les pays maghrébins et africains. Cela d’autant que la Commission européenne a annoncé une décroissance de 1,8 % pour 2009 sur l’ensemble de l’Union européenne et une timide reprise (0,5 %) en 2010, même en tenant compte des plans de relance mis en œuvre par les Etats. Autant dire que les perspectives sont plutôt moroses pour les entreprises européennes, à moins d’aller chercher de la croissance ailleurs que dans la région. Dans ce contexte, l’Algérie et d’autres pays du sud de la Méditerranée présentent une proposition « crédible pour les entreprises européennes en tant que relais de croissance solvables avec des coûts de production compétitifs, soutenus par un système bancaire plutôt épargné par la crise ». C’est ce que soutient un document réalisé par des experts européens sur « les cartes maîtresses de la région subméditerranéenne ». Ils estiment que les pays sud-méditerranéens ne seront, certes, pas épargnés par les effets de cette récession, mais « le contexte économique des pays de la région, qui se trouvent au milieu d’un processus de réformes importantes pour faire évoluer leurs économies vers des marchés ouverts pour le secteur privé et l’international, les met aujourd’hui dans une position favorable ».

Plusieurs raisons sont évoquées dans ce contexte, notamment le fait que « les règles imposées par les Etats aux banques locales les ont empêchées d’investir dans des produits structurés masquant des actifs toxiques ». L’autre atout est la bonne santé des monnaies des pays sud-méditerranéens qui « se maintiennent bien face à l’euro », et notamment le dinar algérien qui s’est apprécié de 5 % depuis un an, relève le rapport. Par ailleurs, les experts européens notent que les pouvoirs publics des pays de la zone sont en train d’intensifier leurs efforts pour « créer des emplois, améliorer le revenu moyen et le niveau de compétence et augmenter le niveau de vie des populations ».
Ainsi, la croissance de la région atteindra un rythme de 4 % par an en moyenne dès 2010 et la consommation restera soutenue en 2009 et 2010, « ce qui fait de la région une zone possible pour absorber les excédents européens en mal de débouchés », estime-t-on. Dans ce contexte et avec une hausse de 5 % attendue en 2010 et 5,3 % en 2009, la croissance de la consommation en Algérie devrait être la plus importante de la région, avec celle de l’Egypte qui sera respectivement de 5 et de 6,3 %.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant