Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > L’Algérie tarde à ratifier une convention de l’OIT

L’Algérie tarde à ratifier une convention de l’OIT

mardi 29 décembre 2009, par Rédaction

L’Algérie n’a pas encore ratifié la convention de l’OIT relative à la protection des droits des travailleurs migrants.

L'Algérie tarde à ratifier la convention de l'OIT. Si l’Algérie est jusque-là un des rares pays arabes à avoir ratifié presque toutes les conventions internationales du travail, elle est toujours réfractaire à certaines conventions relatives à la migration. D’où l’intérêt d’un séminaire sous le thème « La promotion des instruments de l’OIT pour un cadre multilatéral des migrations de main-d’œuvre fondées sur le droit : promotion de la convention internationale du travail n° 143 », qui se tient depuis hier à l’Institut d’études et de recherches syndicales d’Alger sous l’égide du département de l’éducation et de la formation syndicale de l’UGTA en partenariat avec le Bureau international du travail/ACTRAV (activités pour les travailleurs). « Aujourd’hui, il est temps pour l’Algérie de ratifier cette convention. Cela est d’autant important que notre pays est passé d’un pays fournisseur de main-d’œuvre à un pays d’accueil », a indiqué, à l’ouverture des travaux de ce séminaire, qui se poursuivra jusqu’au 31 décembre, M. Ahmed Khalef, coordinateur régional des activités avec les Etats arabes au BIT.

Pour rappel, le nombre des étrangers possédant un permis de travail en Algérie a atteint 23 000 en 2007, soit 0,7 % du nombre total des travailleurs salariés, selon un bilan établi par le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale. Par ailleurs, M. Khalef trouve anormal que l’Algérie tarde à signer la convention de l’OIT dont elle est membre, alors qu’elle est moins contraignante que les autres conventions des Nations unies que l’Algérie a ratifiées. « Convention sur les migrations dans des conditions abusives et sur la promotion de l’égalité des chances et le traitement des travailleurs migrants » est la définition intégrale de l’OIT à la C 143 que le gouvernement algérien ne devra pas tarder à ratifier, selon le secrétaire général de l’UGTA.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant