Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > L’industrie des matériaux de construction en Algérie repart à la (...)

L’industrie des matériaux de construction en Algérie repart à la hausse

lundi 2 août 2010, par Rédaction

L’industrie des matériaux de construction en Algérie enregistre une croissance soutenue grâce aux nombreux chantiers d’habitat et des travaux publics

L'industrie des matériaux de construction en Algérie repart à la hausse. L’activité industrielle dans le secteur des matériaux de construction en Algérie s’est caractérisée au premier trimestre 2010 par la poursuite de l’activité entamée dès le quatrième trimestre de l’année dernière grâce aux différents chantiers d’habitat et des travaux publics lancés par l’Etat. Selon une enquête réalisée par l’Office national des statistiques (ONS) auprès des chefs d’entreprise, le secteur des matériaux de construction s’est caractérisé au cours des trois premiers mois de 2010 par une hausse de la demande et des prix de vente, une baisse des effectifs et une évolution négative de la trésorerie. En général, l’activité industrielle en Algérie, après une stagnation au cours du troisième trimestre 2009, a entamé le dernier trimestre de l’année écoulée sa hausse qui s’est poursuivie durant les trois premiers mois de l’année en cours.

Cette tendance haussière dans le secteur des matériaux de construction est due essentiellement aux chantiers ouverts ces dernières années en Algérie, notamment par les secteurs de l’habitat et des travaux publics, précise-t-on. Pour les prochains mois, les chefs d’entreprise prévoient une hausse de l’activité, de la demande et des prix. Par contre, ils préconisent une baisse des effectifs. Les capacités de production sont utilisées à plus de 92 % par plus de 75 % du potentiel de production, révèle l’enquête d’opinion qui porte sur le type et le rythme de l’activité industrielle. Selon l’enquête, plus de 86 % des chefs d’entreprise ont déclaré que le degré de satisfaction des commandes de matières premières « reste inférieur aux besoins exprimés », mais sans incidence sur les stocks puisque seulement 2 % ont enregistré des ruptures de stocks.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant