Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > La CIPA avertit d’une crise économique en Algérie

La CIPA avertit d’une crise économique en Algérie

vendredi 7 août 2009, par Rédaction

Les industriels de la CIPA estime que la menace d’une crise économique en Algérie est réelle si les mesures annoncées dans la LFC 2009 étaient appliquées.

La CIPA avertit d'une crise économique en Algérie. La Confédération des industriels et producteurs algériens (Cipa) estime, dans un communiqué, que l’article 69 de la loi de finances complémentaire, réglementant le paiement des importations en Algérie, « pénalise lourdement les opérateurs économiques algériens et enrichit les fournisseurs étrangers ». Manifestant son inquiétude, la Cipa relève que « la décision prise sans concertation, ni préavis, est considérée comme un coup de grâce asséné à l’outil de production national et suscite bien des soucis aux opérateurs économiques, producteurs ou transformateurs ». Pour cette organisation patronale, cette décision « a piégé de nombreux opérateurs économiques en Algérie, en attente de faire sortir du port et des bateaux en rade les équipements de production et matières premières importées ».

Pour la Cipa, la limitation du paiement des importations au moyen du crédit documentaire « discrédite le producteur algérien aux yeux de son fournisseur traditionnel, renforce la trésorerie du fournisseur étranger et étrangle l’opérateur algérien dont la trésorerie sera gelée et qui devra attendre l’arrivée de la matière première nécessaire à son activité déjà imposable ». Voire, cette mesure risque d’amener « la trésorerie des entreprises à la faillite et la fermeture ». Et ces patrons qui constatent que « le mécontentement populaire s’accentue de jour en jour en Algérie », de se « démarquer de tout dérapage pouvant surgir » du fait de « décisions unilatérales destinées à être la cause d’une hausse des prix à la consommation ». Selon la Cipa, « mis devant le fait accompli », les opérateurs économiques estiment que « les conséquences sur le plan économique sont comparables à un tsunami » et que « trop d’engagements n’ont pas été tenus mais à l’inverse, les goulots d’étranglements continuent de brider les véritables créateurs de richesses et d’emplois nouveaux, les assimilant aux barons du marché informel en Algérie ».

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Soir d’Algérie