Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > La corruption demeure un fléau en Algérie

La corruption demeure un fléau en Algérie

jeudi 13 janvier 2011, par Rédaction

L’installation de l’organe national de lutte contre la corruption en Algérie doit être suivi d’actions concrètes pour réduire ce fléau néfaste.

La corruption demeure un fléau en Algérie. L’Organe national de prévention et de lutte contre la corruption en Algérie, mis sur pied y a de cela une quinzaine de jours, en application d’un décret présidentiel publié, lui, quatre années après la promulgation de la loi contre la corruption, participe de ces mesures que l’Etat a mises en branle afin d’endiguer le grave phénomène de la corruption. En soi, une telle initiative pourrait être louable. D’autant qu’elle intervient à un moment où de lourds dossiers de corruption sont étalés sur la voie publique. Les affaires scabreuses meublent quasiment sans discontinuer la chronique médiatique, faisant apparaître une corruption à grande échelle, touchant des colosses économiques à l’instar de la Sonatrach ainsi que des projets d’envergure, comme les chantiers de l’autoroute Est-Ouest en Algérie. C’est important que l’Etat prenne conscience de la gravité de la situation et de la dangerosité du fléau, mais faudra-t-il encore que sa démarche pratique procède d’une bonne intention, d’un engagement sérieux et résolu.

Car il n’est pas dit que la multiplication des observatoires dédiés à la lutte contre la corruption en Algérie soit en elle-même gage de réussite. Pour mener à bien une campagne de lutte contre la corruption, la volonté politique est plus que nécessaire. Or, c’est cette dernière dont il y a lieu de douter, puisque ce n’est pas tant le déficit en matière d’organismes de lutte contre la corruption qui a favorisé l’expansion du fléau. La corruption a poussé à l’ombre d’institutions dévitalisées. L’on sait ce qui est advenu de la Cour des comptes, réduite qu’elle a été à une institution somnolente. La lutte contre la corruption ne saurait se suffire des effets d’annonce, au demeurant itératifs dans l’expression et discours officiels. D’ailleurs, n’étant pas accompagnés d’engagements ferme, les discours, nombreux dédiés à la lutte contre la corruption, sont restés lettre morte. Et les engagements fermes, pour être traduits en actions efficaces sur le terrain, il est vital et impératif que la mission soit confiée à des compétences intègres.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après le Soir d’Algérie