Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > La gestion médiocre d’Air Algérie

La gestion médiocre d’Air Algérie

lundi 20 juin 2011, par Rédaction

Air Algérie demeure une compagnie aérienne mal gérée contrairement à ses concurrentes au Maghreb à l’instar de Royal Air Maroc et Tunisair.

La gestion médiocre d'Air Algérie. Si aucune indication précise n’a été donnée sur les raisons du limogeage du PDG de Air Algérie Abdelwahid Bouabdellah, une série d’éléments laisse clairement indiquer que le PDG d’Air Algérie a fait les frais de sa gestion de la grève des personnels naviguant commerciaux (hôtesses de l’air, stewards), mercredi dernier, qui a laissé en rade des milliers de voyageurs de la compagnie Air Algérie. Après avoir fait peu de cas du préavis lancé par le Syndicat national du personnel navigant commercial algérien (SNPNCA), le PDG d’Air Algérie a dû ramer pour reprendre la main. Il aurait, selon des sources au sein de la compagnie nationale, fait des promesses d’augmentations aux représentants des hôtesses et stewards qui ont fait des vagues. Selon nos sources, ces personnels, payés actuellement entre 60.000 et 70.000 dinars avec une prime de 200 euros, ont reçu des promesses de hausse qui porteraient les salaires à 100.000 dinars et plus suivant les catégories, avec une prime de 300 euros.

Le personnel naviguant commercial se retrouvait ainsi mieux rémunéré que les personnels techniques à la qualification plus importante. La rumeur sur ces promesses a eu un effet immédiat, rapportent plusieurs sources au sein d’Air Algérie. « La compagnie compte une douzaine de syndicats. A peine ont-ils appris ce que les hôtesses et stewards ont obtenu qu’ils ont fait des affichages réclamant une hausse générale pour tous de 35% », explique un cadre au sein de l’entreprise. En cédant sur les revendications salariales du personnel naviguant commercial à la qualification relative, le PDG d’Air Algérie aurait ainsi ouvert le terrain à une généralisation des revendications salariales au sein d’une entreprise publique à la situation financière plutôt délicate. C’est, indique-t-on, l’explication la « plus plausible » d’un limogeage qui ne surprend pas vraiment à Air Algérie.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran