Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > La pêche au thon rouge strictement contrôlée en Algérie

La pêche au thon rouge strictement contrôlée en Algérie

vendredi 14 mai 2010, par Rédaction

L’Algérie interdit les opérations conjointes avec les étrangers dans le cadre de la pêche au thon rouge sur les eaux algériennes.

La pêche au thon rouge strictement contrôlée en Algérie. La pêche au thon rouge pour les navires battant pavillon national exerçant dans les eaux sous juridiction nationale est désormais fixée par un arrêté ministériel publié au Journal officiel n° 26. Ce texte détermine les conditions et modalités d’obtention de quotas du thon rouge en Algérie, de suivi et de contrôle et les obligations des capitaines de navires. Le dossier à fournir par l’armateur diffère selon qu’il s’agit de pêche au thon mort ou de pêche au thon vivant. L’article 22 de l’arrêté précise que « les opérations de pêche conjointe au thon rouge avec des navires battant pavillon étranger dans les eaux sous juridiction nationale sont interdites. » Afin d’assurer le suivi régulier des opérations de pêche, les navires de capture autorisés ainsi que les remorqueurs doivent être équipés d’une balise de détection, précise l’arrêté.

Les opérations de pêche de thon rouge en Algérie sont suivies et contrôlées, à bord de chaque navire, par deux contrôleurs observateurs représentant respectivement l’administration chargée des pêches et le service national des garde-côtes. Un autre article évoque les périodes durant lesquelles la pêche est interdite. Pour les palangriers de plus de 24 mètres (navires munis de lignes) elle est interdite du 1er juin au 31 décembre. Pour les senneurs, elle l’est du 15 juin au 15 mai. Le quota maximum autorisé à être prélevé par navire correspond au poids brut du thon rouge pêché. Conformément aux engagements internationaux et outre les contrôleurs observateurs, les armateurs des navires senneurs munis de filets de plus de 24 mètres sont tenus d’embarquer un observateur de la commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (ICCAT). En outre, tout capitaine de navire de pêche est tenu de communiquer à l’administration chargée des pêches et au service national des garde-côtes un rapport hebdomadaire de capture comportant les informations sur les captures, y compris les registres de capture nulle, la date et la localisation des captures avec latitude et longitude.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant