Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > La réduction des importations de l’Algérie pèsera sur la France

La réduction des importations de l’Algérie pèsera sur la France

dimanche 16 août 2009, par Rédaction

La réduction annoncée des importations de l’Algérie devrait peser sur la balance commerciale de la France qui est le premier fournisseur du marché algérien.

La réduction des importations de l'Algérie pésera sur la France. La politique économique algérienne, mise en œuvre à partir de 2008 par le gouvernement en vue de réduire la facture des importations, aura des effets sur la balance commerciale de la France, premier fournisseur et premier client de notre pays. La France subit de plein fouet le recul des importations algériennes suite à la publication de la loi de finances complémentaire 2009. Les mesures drastiques prévues dans cette loi telles que l’instauration de la lettre de crédit comme unique mode de paiement de toutes les importations et l’interdiction des crédits à la consommation pour les particuliers ont eu de graves répercussions sur l’économie française. Les chiffres sont là. Le déficit commercial français atteint 25,4 milliards au premier semestre en dépit d’un fort repli de la facture énergétique en raison de la dégringolade des cours des hydrocarbures.

Selon les Douanes français, le déficit commercial de la France s’est élevé à 25,4 milliards d’euros durant les six premiers mois de 2009, soit 1,4 milliard de moins qu’au cours des six premiers mois de 2008. Les exportations françaises ont chuté de 16,8% au premier trimestre 2009, à 166 milliards d’euros. Au premier semestre 2008, les exportations s’élevaient à 231 milliards. Un repli sévère, d’autant que selon les prévisions de l’OMC, la contraction du commerce mondial devrait s’élever à 10% cette année. Au deuxième trimestre les exportations françaises ont commencé à se stabiliser mais l’adoption de la loi de finances complémentaire 2009 en Algérie a faussé tous les calculs des investisseurs français. Le port de Marseille-Fos, qui réalise une partie importante de son trafic avec notre pays, est un exemple typique du recul des exportations françaises. Le trafic export est en chute libre avec l’Algérie. Cet établissement portuaire a été douloureusement touché par les récentes mesures restrictives décidées fin juillet dans la loi de finances complémentaire 2009. L’obligation faite aux importateurs algériens de recourir au crédit documentaire comme seul moyen de paiement a abouti au blocage de nombreuses marchandises.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après Le Financier