Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > Le FMI s’exprime sur les salaires en Algérie

Le FMI s’exprime sur les salaires en Algérie

mercredi 23 novembre 2005, par Rédaction

S’exprimant sur les salaires en Algérie, le patron du Fonds Monétaire International (FMI), Rodrigo De Rato, s’est dit favorable à leur maintien en l’état actuel.

Rodrigo De Rato, le président du Fonds Monétaire International, estime qu’il est préférable pour l’Algérie de ne pas augmenter les salaires.

Le FMI n’est pas une organisation étrangère et ses opinions défendent aussi bien ses intérêts que celui du pays, a indiqué le président du Fonds Monétaire International, précisant que l’hostilité du FMI par rapport à la question des augmentations de salaires s’inscrit dans un cadre plus global.

La question est liée à la nécessité pour l’Algérie de mettre en place « une politique fiscale qui lui permet de réduire le poids de la dette et de moderniser l’administration publique ». Il s’agit, selon lui, d’assurer « une stabilité macroéconomique garante d’une croissance forte ».

Même si le pays jouit d’une importante aisance financière, le directeur général du FMI a estimé qu’il faut tout de même « être conscient de la valeur du pétrole ». La prudence dans la gestion de ces ressources doit néanmoins « être accompagnée par des mesures sociales directes, qui ne soient pas des subsides, pour les familles à faibles revenus ».

« Nous conseillons à tous les pays producteurs de pétrole de gouverner dans la transparence et d’utiliser leurs ressources d’une façon qui leur permet de réduire leur vulnérabilité », a ajouté M. De Rato, soulignant que dans le cas de l’Algérie, « il est clair que la réduction de la dette doit constituer la priorité, car elle est l’élément qui peut rendre le pays plus fort et lui garantir une croissance plus soutenue ».

Le ministre des Finances, M. Mourad Medelci, a, de son côté, affirmé que l’Algérie bénéficie le plus naturellement possible « des conseils du FMI et cela ne peut qu’être bénéfique pour elle ». L’intégration économique rendra le Maghreb attractif pour les IDE La conférence de presse est, faut-il le rappeler, venue clôturer la conférence sur la facilitation des échanges commerciaux entre l’Algérie, le Maroc et la Tunisie qui avait été ouverte la veille.

Synthèse de Mourad
D’après le Jeune Indépendant