Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > Le rendement céréalier en Algérie jugé faible

Le rendement céréalier en Algérie jugé faible

lundi 15 juin 2009, par Rédaction

Des mesures seront prises pour améliorer le rendemnt céréalier en Algérie selon le ministère de l’Agriculture.

Le rendement céréalier demeure faible en Algérie. Face aux aléas climatiques en Algérie, le ministère de l’Agriculture a entrepris une série de mesures pour optimiser le rendement céréalier. Parmi ces mesures, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, M. Rachid Benaïssa, a annoncé que son département « s’attelle à l’exécution du programme visant la modernisation des outils de production céréalière, afin d’assurer un taux de rendement satisfaisant en dépit des conditions climatiques ». Des mesures qui seront les bienvenues sachant que l’Algérie a importé en 2008 des quantités importantes se chiffrant à 63,5 millions de quintaux (contre 48,5 millions en 2007) pour un montant de 3,9 milliards de dollars. La production, elle, a été très faible, de seulement 17,3 millions de quintaux, d’où le recours aux importations pour combler le déficit du pays qui s’est classé en 2008, selon le Conseil international des céréales, quatrième gros importateur de blé.

Pour le ministre, l’objectif de moderniser les outils de production en Algérie sera réalisé « grâce à la mise en place de nouvelles dispositions introduites par le ministère, dont l’irrigation complémentaire, la disponibilité des machines agricoles et des équipements requis au sein des coopératives ». M. Benaïssa, qui s’est exprimé au terme d’une visite à Tlemcen avant-hier, a qualifié l’actuelle saison agricole de « fertile, marquée par une production abondante », selon l’APS. Il a poursuivi que « la campagne de moissons, entamée à travers plusieurs régions d’Algérie, va connaître vers la fin du mois en cours « un lancement effectif ». Selon le ministre, la moyenne nationale du rendement à l’hectare a oscillé entre 17 et 20 quintaux de céréales, atteignant dans des zones à grande potentialité entre 60 et 70 quintaux/hectare. Les coopératives vont entamer l’opération de collecte et de stockage dans des conditions favorables.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant