Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > Le taux de chômage en Algérie à moins de 8% selon le gouvernement

Le taux de chômage en Algérie à moins de 8% selon le gouvernement

vendredi 30 janvier 2009, par Rédaction

Le gouvernement affirme que le taux de chômage en Algérie a baissé et ne touche plus que moins de 8% de la population active.

Djamal Ould Abbès s'exprime sur le chômage en Algérie. C’est ce qu’a annoncé, hier, Djamal Ould Abbès, ministre de l’Emploi et de la Solidarité nationale, en marge de la cérémonie de clôture des travaux de la formation des accompagnateurs et les formateurs pour la création d’entreprises. Présidée par Ould Abbès, la cérémonie a eu lieu au siège du ministère de la Solidarité nationale en présence de Tahar Rahmani, délégué général de l’Agence française pour la coopération internationale et pour le développement en Méditerranée (Acim), du représentant de l’Agence nationale de gestion du microcrédit (Angem) et d’Yves Bertrand, représentant de l’ambassade de France en Algérie. À rappeler que l’Acim offre des formations aux cadres de l’Angem dans le cadre des accords de partenariat initiés par les deux agences en 2006. 4 sessions de formation ont été assurées jusqu’ici depuis 2006 à 42 cadres de l’Angem, dont 23 accompagnateurs chargés d’études et 19 coordinateurs. 61% des bénéficiaires sont de sexe féminin contre 39% seulement de sexe masculin. « La formation et l’accompagnement sont extrêmement importants pour la création des projets.

Chaque conseiller formé accompagnera environ 4 000 personnes chaque année », a déclaré M. Rahmani avant d’ajouter : « Notre objectif consiste à former et à accompagner les microentreprises afin de réduire leurs mortalités. » Par ailleurs, l’Acim vise à former quelque 60 autres cadres de l’Angem entre 2009 et 2010, pour dépasser la barre de 100 stagiaires formés. Ainsi, grâce au travail des conseillers formés,plus de 10 000 Très petites entreprises (TPE) naîtront chaque année. L’Acim estime à 35% le taux de diminution minimum de la mortalité des entreprises créées. Depuis 2001 et jusqu’à 2008, l’Acim a formé 200 stagiaires en Algérie, particulièrement des directeurs d’agences et des accompagnateurs à la création d’entreprises. Ces cadres sont issus de l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (Ansej), de la Caisse nationale d’assurance contre le chômage (Cnac), de l’Agence de développement solidaire (ADS) et de l’Angem. Dans son intervention, le représentant de l’Angem a mis en exergue les efforts fournis par l’agence pour aider les jeunes à créer leurs propres entreprises et les accompagner pour réduire leurs taux d’échecs. « Il ne s’agit pas uniquement d’acquérir des informations, mais il faudrait également acquérir une bonne méthodologie de travail », a dit le même responsable. À noter que l’Angem a permis la création de 84 000 postes de travail en 2008. « Le système de microentreprises se veut une manière de fixer les jeunes en Algérie, en mettant à leur disposition différents dispositifs d’aide à l’emploi », a déclaré M. Ould Abbès.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après Info Soir