Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > Les prix des aliments du bétail en hausse en Algérie

Les prix des aliments du bétail en hausse en Algérie

jeudi 2 septembre 2010, par Rédaction

Les éleveurs d’ovins et de bovins en Algérie s’inquiètent de la hausse vertigineuse des prix des produits destinés aux l’aliments du bétail.

Les prix des aliments du bétail en hausse en Algérie. Le prix d’une balle de foin est passé de 400 à 700 DA et bien plus et celle du son est écoulée entre 3 000 et 3 500 DA le quintal. Les éleveurs appellent en conséquence à l’intervention urgente des pouvoirs publics pour réguler le marché et cerner la spéculation et la vente à l’informel des produits destinés aux l’aliments du bétail en Algérie. C’est un véritable cri de détresse que lancent les éleveurs de Djelfa et de Laghouat qui ont été, ces derniers temps, secoués par une grave crise de disponibilité et le renchérissement des prix des aliments de bétail. Ces régions, qui disposent à elles seules de près de 5 millions de têtes d’ovins et de bovins, sont confrontés à une spéculation qui fait ravage actuellement. Les éleveurs de Laghouat s’insurgent contre le fait que « des bottes de paille sont cédées à plus de 3 000 DA et plus faute de disponibilité de fournisseurs dans la région ».

A son tour, le président de l’union des éleveurs de Djelfa déplore « l’existence d’un seul fournisseur OAIC pour les 36 communes ». Ce manque flagrant des fournisseurs dûment agréés par l’OAIC laisse donc le marché sujet « à une faune d’opportunistes » qui font et défont les prix selon leur gré. D’ailleurs, l’OAIC confirme que ces prix restent dans le juste équilibre avec un coût de l’orge qui ne dépasse pas les 1 400 DA le quintal. Mais la réalité fait que le quintal est cédé à 2 300 DA, profitant ainsi de l’aléa de la sécheresse et de l’absence de contrôle des parcours steppiques propres à l’aliment de bétail. Des études effectuées par le Haut-Commissariat du développement steppique (HCDS) montrent que, malgré le manque de pluviosité, l’Etat va tenter d’abord de récupérer « les pâturages et baliser les endroits destinés spécifiquement pour le broutage des cheptels ».

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant