Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > Les prix des fruits et légumes demeurent élevés en Algérie après (...)

Les prix des fruits et légumes demeurent élevés en Algérie après l’Aid

dimanche 19 septembre 2010, par Rédaction

Les prix des fruits et légumes mais aussi des viandes demeurent élevés en Algérie plus d’une semaine après la fin du Ramadhan.

Les prix des fruits et légumes demeurent élevés en Algérie après l'Aid. Une semaine après la fête de l’Aïd, les prix des légumes n’ont toujours pas baissé en Algérie. Après les dépenses du mois de Ramadan, de l’Aïd puis de la rentrée scolaire, le citoyen devra aussi payer cher son panier. La ménagère aura du mal à varier ses plats, tellement les prix qu’affichent les fruits et légumes sur les étals des marchés de la capitale sont hors de portée des bourses moyennes. Habituellement, la mercuriale retrouve sa courbe normale juste après le mois sacré. Mais là, c’est le contraire. Si les prix étaient déjà élevés durant le mois dernier, ils ont connu une forte hausse cette semaine. Ainsi, le prix de la pomme de terre est passé de 40 à 55 DA le kg. L’oignon, quant à lui, a connu une forte hausse, puisqu’il est passé de 25 à 40 ou 50 DA le kilo. C’est également le cas de la carotte, des navets et de la courgette.

Ces légumes, après avoir connu une légère baisse vers la deuxième semaine de mois de Ramadan, affichaient des prix allant de 40 à 50 DA le kilo, hier, au marché de Belouizdad. La carotte a été vendue à 70 DA le kilo, la courgette à 100 DA et le navet à 120 DA. La laitue est cédée entre 120 et 140 DA le kilo. Les prix de tous les légumes, sans exception, ont subi une hausse vertigineuse. Qu’est-ce qui justifie cette hausse ? Les commerçants affirment que, tout comme le consommateur, ils subissent eux aussi le diktat des vendeurs des marchés de gros. Au marché de Belouizdad, hier matin, ce n’était pas le rush. Les quelques consommateurs faisant le tour des étals, pour dépenser quelques centimes de moins, regardent, touchent les légumes, hésitent puis décident enfin de prendre juste le nécessaire. « Je n’ai acheté que de petites quantités en espérant que, d’ici quelques jours, les prix des légumes vont baisser », a indiqué une dame. Pour une autre, « pas question d’acheter d’autres légumes que ceux indispensables, tels l’oignon, la tomate ou la pomme de terre ».

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après le Soir d’Algérie