Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > A quand une industrie automobile en Algérie

A quand une industrie automobile en Algérie

dimanche 25 octobre 2009, par Rédaction

Le gouvenement promet de doter l’Algérie d’une industrie automobile en Algérie mais se refuse d’expliquer comment il va procéder.

A quand une industrie automobile en Algérie. L’Algérie est devenue l’un des plus importants marchés de l’automobile en Afrique Durant l’année 2008, le marché algérien de l’automobile a connu une croissance de près de 50 % par rapport à 2007, selon les données du Centre national de l’informatique et des statistiques. Le nombre de véhicules introduits sur le territoire national est de 352 315 pour une valeur de 286,907 milliards de dinars, soit l’équivalent de 3,81 milliards de dollars, contre 236 795 véhicules pour 204,531 milliards de dinars en 2007 (2,92 milliards de dollars). Ces montants importants en termes de nombre et de valeur font de l’Algérie l’un des plus grands marchés de l’automobile à l’échelle du continent africain. D’où la volonté du gouvernement de mettre sur pied une industrie automobile.

Selon le ministre de l’Industrie et de la Promotion des investissements, Abdelhamid Temmar, le gouvernement a pris la ferme décision de mettre en place une industrie de l’automobile en Algérie (véhicule touristique) et de grands véhicules industriels et intermédiaires. « Nous avons effectivement l’intention ferme d’avoir une industrie de l’automobile en Algérie. C’est une décision politique émise par le gouvernement », a-t-il déclaré à la presse en marge de l’inauguration du Salon Alger Industrie-2009 tenu en ce mois d’octobre à Alger. Il a précisé, dans ce contexte, que même si le gouvernement venait à accepter qu’un montage des véhicules se fasse en Algérie, cela ne sera qu’une première étape avant d’aller vers la fabrication. Selon le ministre, il faudra créer une industrie de l’automobile avec une intégration nationale d’au moins 30 à 50 % et un savoir-faire algérien qui émane d’entreprises de sous-traitance publiques ou privées.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après Le Jeune Indépendant