Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > Algérie Télécom récupère des milliards en créances

Algérie Télécom récupère des milliards en créances

samedi 18 juillet 2009, par Rédaction

L’opérateur historique Algérie Télécom a annoncé avoir récupéré 30 milliards de dinars de créances.

Algérie Télécom. Ayant souffert pendant longtemps de l’important déficit qui grève sa trésorerie –70 milliards de dinars – causé par les créances impayées de ses abonnés, le groupe Algérie Télécom (AT) respire enfin. En effet, l’opérateur historique a pu recouvrer, en l’espace d’une année, presque la moitié de ses créances impayées. « Le montant de nos créances est aujourd’hui nettement réduit. Nous avons récupéré exactement 30 milliards de dinars sur les 70 signalés en 2008 », a indiqué jeudi dernier M. Moussa Benhamadi, P-DG d’Algérie Télécom, soulignant qu’« une grande partie du montant restant (40 milliards de dinars) sera également récupérée d’ici 1 ou 2 mois ». « Les 40 milliards de dinars non encore recouvrés, précise-t-il, concernent les institutions (les ministères essentiellement) et les entreprises publiques. »

S’exprimant lors d’une conférence de presse qu’il a animée au siège du groupe, en marge de la 4e édition de l’université d’été, le PDG d’Algérie Télécom a indiqué qu’« un accord a été trouvé avec le gouvernement pour que les créances dont sont redevables les différents ministères seront retenues à la source ». Autrement dit, les dettes des ministères seront prélevées directement de leurs budgets respectifs. S’il a estimé que le recouvrement des créances « ne reste plus un problème » pour Algérie Télécom, M. Benhamadi n’a pas manqué de relever l’impossibilité de récupérer certaines créances non moins importantes. Le premier responsable d’Algérie Télécom fait part notamment des « 3 milliards de dinars » des factures impayées des abonnés du WLL (le téléphone fixe sans fil). Il a expliqué qu’« un nombre de citoyens avait utilisé de fausses pièces d’identité pour s’abonner au WLL. D’où l’impossibilité de récupérer les créances dont sont redevables ces abonnés non identifiés ». A cela vient aussi s’agripper les factures des entreprises disparues. Le montant de ces créances douteuses n’a pas été dévoilé.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant