Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > L’Algérie doit moduler sa production de pétrole

L’Algérie doit moduler sa production de pétrole

jeudi 18 février 2010, par Rédaction

L’Algérie ne doit pas produire plus de pétrole que ce qui est nécessaire à son développement selon Mourad Preure du cabinet MP Strategy Consulting.

L'Algérie doit moduler sa production de pétrole. Dans un entretien accordé au quotidien Liberté, publié dans l’édition d’hier, M. Preure, qui est directeur du cabinet MP Strategy Consulting, a indiqué : « L’Algérie doit produire ce qui est nécessaire pour financer son développement, pas plus. Quel intérêt a-t-on à monétiser inutilement des réserves pour placer ensuite ces recettes dans des banques à l’étranger ? » Il a ajouté : « Des arbitrages doivent être faits, pour qu’ils tiennent compte du niveau réel des réserves et de la nécessité de préserver nos ressources pour les générations futures. » A propos du pétrole, il estime que « concernant les objectifs de production, je suis catégorique, c’est non. Les réserves de pétrole de l’Algérie sont limitées. Elles sont estimées à 12 milliards de barils, soit 1% des réserves mondiales, et ont une durée estimée à 16,8 ans. Il faut moduler notre production dans une perspective de long terme. Faute de quoi, nous quitterons la scène en tant qu’exportateurs dans un délai très court ».

Rejetant toutefois tout pessimisme, il a indiqué : « Nous espérons tous de bonnes surprises venant de l’exploration de notre sous-sol, à la condition qu’elle soit sérieusement impulsée, mais aussi de l’augmentation du taux de récupération de nos gisements. Je suis à cet égard contre tout catastrophisme. Le sous-sol de l’Algérie est peu exploré et nos ressources connues ont encore du potentiel. » A propos de l’objectif de produire 2 millions de barils de pétrole brut par jour, M. Preure considère que « si l’objectif de 2 mbj paraît clairement irréaliste en l’état actuel des connaissances de nos ressources, le niveau de 1,4 mbj tenu actuellement par l’Algérie demande, à mon avis, à être reconsidéré à la baisse en tenant compte néanmoins de nos engagements contractuels en amont et des contraintes opérationnelles de Sonatrach ».

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après El Watan