Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > L’Algérie peut s’autofinancer avec un pétrole pas cher

L’Algérie peut s’autofinancer avec un pétrole pas cher

jeudi 25 décembre 2008, par Rédaction

L’Algérie est en mesure d’assurer le financement de son développement durant cinq ans même avec un pétrole à 20 dollars le baril selon Ahmed Ouyahia.

L'Algérie exporte plus d'un million de barils de pétrole par jour. Le Premier ministre Ahmed Ouyahia a répondu hier à certains détracteurs qui doutent de la capacité du pays à financer le programme quinquennal 2009-2014 doté de 150 milliards de dollars, assurant que l’Algérie pourra financer ce programme même avec un baril de pétrole à 10 dollars ». Interrogé sur le sujet, hier en marge des travaux du Conseil de la nation, Ahmed Ouyahia a répondu par l’affirmative. « Absolument, oui, cela (le financement du plan, NDLR) sera fait », a-t-il répondu avec le sourire, soulignant : « Nous procéderons avec l’argent dont nous disposons. » Il a tenu à répondre à M. Abderrahmane Mebtoul, qui trouve, a dit Ouyahia, « des contradictions et des anomalies dans ce que nous disons ». « Il (Mebtoul, NDLR) dit que Sonatrach prend 15 milliards de dollars des recettes. Oui, mais il faudrait qu’il lise la loi sur la monnaie et le crédit qui fait obligation à Sonatrach de [tout] déposer du premier jusqu’au dernier dollar à la Banque d’Algérie », a-t-il expliqué, précisant que « Sonatrach dispose de 1 300 milliards de dinars dans les banques ».

Secundo, a-t-il poursuivi, « j’ai dit que l’Algérie dispose de 138 milliards de dollars de réserves de change ; nous tiendrons 5 ans, et nous tiendrons 5 ans à 20 dollars le baril. Parce que nous ferons 19 milliards de recette avec un baril à 20 dollars. Même à 10 dollars le baril, l’Algérie fera 10 milliards de recettes tout de même. Donc, il y a les moyens de faire », a-t-il tranché, expliquant qu’« il faut le dire parce qu’il faut que l’espoir règne ». Toutefois, le Premier ministre préconise la prudence et l’attention. « Ce n’est pas la chute du prix du baril qui est grave, c’est la fin du baril qui sera tragique, et ce ne sera pas dans un siècle », a-t-il en effet averti.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant