Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > La Banque d’Algérie régule les taux d’intérêt dans l’immobilier

La Banque d’Algérie régule les taux d’intérêt dans l’immobilier

dimanche 27 septembre 2009, par Rédaction

La Banque d’Algérie a introduit le taux d’intérêt dit excessif pour les prêts immobiliers pour limiter les hausses pratiqués par les banques.

La Banque d'Algérie régule les taux d'intérêts dans l'immobilier. C’est ainsi que la Banque d’Algérie envisage plafonner les taux des crédits bancaires en introduisant la notion du « taux excessif », une zone rouge à ne pas franchir. Faut-il signaler que les crédits immobiliers risquent de connaître une poussée des suites des dispositions de la loi de finances complémentaire 2009 qui avaient marqué une nouvelle orientation des crédits vers le secteur immobilier en Algérie. Les taux d’intérêt des crédits immobiliers, actuellement disponibles sur le marché, sont jugés inabordables. Cette procédure de plafonner les taux d’intérêt est de nature à asseoir, en quelque sorte, les bases d’une « concurrence saine », si l’on tient compte des explications du délégué général de l’ABEF. Les nouvelles règles en matière de conditions de banques portent sur « la rémunération, les tarifs, les commissions et autres appliqués aux opérations de banque réalisées par les banques et établissements financiers », détaille la Banque d’Algérie. Celle-ci explique aussi que les dates de valeur sur les opérations de banque restent réglementées et sont précisées par instruction.

Le texte note que « les banques et établissements financiers sont tenus de respecter scrupuleusement les conditions applicables aux opérations de banque qu’ils ont déterminées, dans la limite du taux d’intérêt excessif fixé par la Banque d’Algérie ». Ils doivent porter à la connaissance de leur clientèle et du public les conditions qu’ils pratiquent et principalement les taux d’intérêt nominaux et effectifs globaux : « A l’ouverture d’un compte, ils sont tenus d’informer leurs clients sur les conditions de son utilisation, sur les prix des différents services auxquels ils donnent accès et sur les engagements réciproques de la banque et du client. Ces conditions doivent être portées dans la convention d’ouverture de comptes ou sur des documents transmis à cet effet. » Reste que la Banque d’Algérie fixe le taux excessif pour chaque type de produits bancaires, un taux considéré désormais comme référence pour la fixation des taux effectifs pratiqués par les banques.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après El Watan