Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > La CNEP-Banque veut démocratiser le crédit immobilier en Algérie

La CNEP-Banque veut démocratiser le crédit immobilier en Algérie

jeudi 26 mars 2009, par Rédaction

La CNEP-Banque a annoncé l’allégement des conditions d’octroi de ses crédits immobiliers en Algérie.

La CNEP-Banque et le crédit immobilier en Algérie. En réponse à la forte demande de sa clientèle, la Caisse nationale d’épargne et de prévoyance (CNEP-Banque) vient d’assouplir ses conditions d’octroi des crédits immobiliers en Algérie. Selon un communiqué de la banque, la qualité d’épargnant est désormais acquise lorsque le client est titulaire d’un livret d’épargne logement ou d’un livret d’épargne populaire ouvert depuis au moins une année et d’un capital de 2 000 dinars d’intérêts. Auparavant, cette banque publique exigeait au postulant du crédit immobilier d’être épargnant depuis au moins trois années et d’avoir accumulé au minimum 5 000 dinars d’intérêts. « Ces nouvelles facilitations permettent aux clients de payer un taux d’intérêt bien plus bas que celui imposé aux emprunteurs non épargnants », a expliqué hier la chargée de la communication de la CNEP, Mme Nacera Ibarissen.

Le taux d’intérêt est de 5,75 % pour les clients disposant du livret d’épargne logement, de 6,25 % pour ceux disposant du livret d’épargne populaire, contre un taux de 7 % pour les non épargnants. Spécialisée dans le crédit immobilier en Algérie, la CNEP-Banque a octroyé, depuis les années 1970 à ce jour, plus de 412 000 crédits hypothécaires aux particuliers pour un montant de 182 milliards de dinars, selon le dernier bilan communiqué par Mme Ibarissen. Ce chiffre connaîtra probablement une progression notable, avec cet allègement, d’octrois des crédits immobiliers mais surtout des crédits accordés aux jeunes pour leur permettre d’accéder au logement promotionnel en rallongeant de dix années supplémentaires la période de remboursement des crédits accordés à cet effet. Si le postulant a moins de 35 ans, il pourra désormais prétendre à un crédit immobilier remboursable sur une période de 40 ans, au lieu des 30 années actuellement.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant