Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > La spéculation gangrène l’immobilier en Algérie

La spéculation gangrène l’immobilier en Algérie

lundi 1er décembre 2008, par Rédaction

L’anarchie qui règne sur le marché de l’immobilier en Algérie favorise la spéculation et les hausses exorbitantes des prix.

Hausse des prix de l'immobilier en Algérie. La dépréciation des cours des matériaux de construction sur le marché algérien, observée ces dernières semaines, n’aura aucune répercussion immédiate sur le prix final du logement neuf en Algérie qui, contrairement aux attentes, enregistre une importante flambée. Les promoteurs immobiliers privés estiment que cette tendance à la hausse du prix final du logement neuf sera maintenue au moyen terme à cause, notamment des prix élevés du foncier et de la spéculation qui sévissent dans l’immobilier en Algérie. « Il y a eu, effectivement, un décroissement des cours de certains matériaux de construction comme le rond à béton, dont le prix du quintal a été ramené à 4.200 dinars dans les marchés de gros après avoir dépassé la barre des 12.000 dinars au début de l’année en cours », a consenti le représentant d’une agence de promotion immobilière ayant participé à la deuxième édition du Salon international du logement et de l’immobilier (LOGIMMO), inaugurée jeudi à Alger.

Malheureusement, cette baisse n’aura pas d’effets immédiats sur le prix final du logement qui devrait se stabiliser à des niveaux très élevés s’il ne continuerait pas d’augmenter sur les court et moyen termes, a ajouté le représentant de cette agence qui opère depuis une vingtaine d’années dans la promotion immobilière dans la capitale et ses environs. De nombreuses raisons sont soulevées par les professionnels pour expliquer la hausse vertigineuse des prix des logements en Algérie ces trois dernières années sur le marché. Il y a certes les pénuries régulières de certains matériaux de construction comme le rond à béton et le ciment, mais les vraies raisons qui tirent les prix vers le haut restent, de l’avis des spécialistes, la spéculation.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après Le Financier