Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > Naguib Sawiris veut revenir en Algérie

Naguib Sawiris veut revenir en Algérie

mardi 12 octobre 2010, par Rédaction

L’Egyptien Naguib Sawiris a affirmé qu’il était prêt à investir de nouveau en Algérie si le gouvernement algérien ne s’y opposait pas.

Naguib Sawiris veut revenir en Algérie. Le patron du groupe de télécommunication Orascom, Naguib Sawiris, s’est longuement étalé avant-hier sur une chaîne de télévision égyptienne sur l’affaire de la vente de Djezzy au groupe russo-norvégien Vimpelcom. Après avoir relaté avec délectation les « péripéties » de la naissance de son groupe en Algérie, Sawiris, qui n’a pas pour autant écarté un probable retour en Algérie si le gouvernement algérien lui en fait la demande, veut reprendre pied chez nous et n’attend qu’un signal fort venu d’Alger pour sauter sur le premier avion en partance pour la capitale algérienne.

« J’ai toujours dit que la vente des actions de Djezzy au groupe russe Vimpelcom était imposée par la situation née d’un conflit avec le gouvernement algérien. J’ai demandé plusieurs fois une rencontre avec le Premier ministre sans obtenir toutefois de rendez-vous. Je suis prêt à venir à Alger pour tirer les choses au clair. J’attends juste un signal et je prends l’avion. Je ne ferme pas la porte. J’ai été tout naturellement forcé de céder la moitié des actions au groupe russe. Je n’ai pas fui l’Algérie à cause de problèmes avec le fisc. Si je suis parti, c’est pour éviter une mise en faillite qui pointait à l’horizon », a répondu Naguib Sawiris à la présentatrice qui l’a bien évidemment longuement questionné sur cette affaire.

Paraissant très à l’aise et maniant le verbe avec dextérité, le patron de Djezzy, Naguib Sawiris, n’a pas paru contrarié ni peiné par la vente de la moitié de son groupe. Il a révélé dans la foulée qu’il possède une autre solution pour sauver son groupe si par hasard la vente de Djezzy au groupe russe échouait : « J’ai un plan B », dira-t-il tout en s’abstenant d’en révéler ne serait-ce que les grandes lignes.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant